Riche, très riche, raide dingue de mode, Mona Bismarck aimait Cristobal Balenciaga et s'habillait presque exclusivement chez le cultissime créateur. Une histoire passionnelle orchestrée par le non moins talentueux Hubert de Givenchy. La milliardaire a laissé une fondation colossale qui favorise les échanges culturels franco-américains. Et offert, pour l'abriter, son hôtel particulier de l'avenue de New-York, à Paris. 20 ans après sa disparition, La Mona Bismarck Foundation accueille les créations du grand Cristobal Balenciaga. Double hommage : à celui qui les conçut, à celle qui les porta. Pourquoi Hubert de Givenchy ? tout simplement parce que les pièces exposées lui appartenaient ! Lorsque Balenciaga s'est retiré, la comtesse Bismarck est devenue sa cliente. Elle savait l'admiration qu’il vouait au créateur espagnol, elle lui fit cadeau d'une trentaine de ses robes. Et les autres alors ? L'Américaine était prodigue: elle a légué son époustouflante garde-robe au Metropolitan Museum of Art de New York, à la Smithsonian Institution de Washington, au musée de Brooklyn… En l'an 2000, la fondation Cristobal Balenciaga se constitue à Guetaria, village natal du créateur, au Pays basque espagnol. Hubert de Givenchy en devient le président, et aussi l'ambassadeur. Il compléte les collections du musée. Et, premier geste, il offre les ensembles que Mme Bismarck lui avait confiés. Les voici de retour dans les salons de réception de la comtesse, le temps d'une exposition. Cette présentation devance de quelques mois la rétrospective Balenciaga prévue au musée de la Mode et du Textile, rue de Rivoli.

Mona Bismarck, Cristobal Balenciaga: perfection partagée

Mona Bismarck Foundation, 34, avenue de New-York, Paris (XVIe),

Jusqu'au 20 mai, du mardi au samedi, de 10 h 30 à 18 h 30, sauf les jours fériés.

Entrée libre. Catalogue: 20 €.

image_18375925_144_108 image_18375944_144_108 image_18410049_144_108

image_18376003_192_144 image_18413140_144_108 image_18410382_144_108